Groupe Sida Jura

Autotest sanguins ou salivaires

autotets salivaire Zoom sur « autotets salivaire » (touche ESC pour fermer)

 

Depuis le 1er janvier l'autotest salivaire ou sanguin sera autorisé en France (déjà autoris aux USA, mais pas en Suisse)

 
Les autotests VIH peuvent être réalisés par le patient lui-même. Ils fonctionnent de la même manière que les tests rapides effectués aux centres de dépistages ou dans les hôpitaux.
Comme ils ne détectent que les anticorps contre le virus du sida (qui sont présents seulement 3 mois après la situation à risqquel, il doit  être effectué  trois mois après le rapport sexuel à risque
Un test négatif avant ce délai de 3 mois n'exclut absolutement pas une infextion au VIH.g prélevé au bout du doigt. Dans les deux cas, ils recherchent des anticorps spécifiques qui sont produits en cas d’infection au VIH.
 
Les autotests VIH proposent deux solutions: certains utilisent un échantillon de salive, d’autres du sang prélevé au bout du doigt et n quelques minutes, ils délivrent un diagnostic positif ou négatif:
  • Le test sanguin est fiable à 98%
  • Le test salivaire  est fiable à 93% (p.ex. OraQuick aux USA)
 

Avantages

  • Possibilté d'avoir une réponse rapide à tous moments

 Désaventages

  • Danger de panique et réactions uinadéquates en cas de test positif

►  Un test positif doit être toujours confirmé par un deuxième  test chez le médecin!

  • Fausse sûreté lors d'un test négatif
  • Fausse manipulation du test lors du prélévement et  aucune garantie de fiabillité, si acheté surr Internet
  • Nécessité d'attendre  les 3 mois depuis la situation à risque  pour avoir un résultat fiable et exclure une infection
  • Pour le partenaire (notamment lors de relations sexuelles occasionnelles) : l'exhibition d'un test négatif ne donne aucune garantie qu'il n'ay a pas eu une contamination par le VIH dans les derniers 3 mois. Donc toujours le safer sex dans une telle situation!

► Un test négatif n'est pas une assurance de non contamination, s'il n'est pas effectué 3 mois après la situation à risque.

Donc un contrôle à 3 mois est indispensable!

  • L'absence de contact avec des professionnels élimine la possibilité d'un dialogue , afin de connaître les situations à risque et utiliser à bonne échéance le safer-sex

►Emission "Journal du matin" du 08.05.2013 avec (entre autres) les Prof. Hirschel et Cavasini: